Le principe

La futurologie repose sur les mécanismes de prise de décision des collectives.

À titre individuel, nous prenons des décisions en nous appuyant sur notre passé immédiat dont nous avons conscience et notre passé profond, celui que nous avons hérité de notre lignée.

Notre passé profond, que nous ne maîtrisons guère, a plus de poids dans notre prise de décision.

Un groupe de personne a une personnalité qui est marquée par le barycentre de toutes les personnalités qui y sont rassemblées. Le processus de décision de la collectivité est semblable à celui des individus isolés, sauf lorsque la collectivité est fanatisée.

 

La mise en œuvre

La futurologie s’utilise pour construire une vision à long terme.

Le futur y est pensé de manière systémique, c’est-à-dire construit selon une suite logique inspirée des logiques qui ont eu cours dans le passé.

Exemple (générique) : l’homme a cherché à dompter la nature. Pour cela, il a construit des outils et tenté de maîtriser la matière. À présent, il se rend compte qu’il ne peut pas dompter la nature, mais composer avec elle. En revanche, les outils qu’il est capable de créer sont de nature à le libérer des vicissitudes de la vie quotidienne.

Ce constat étant fait, il doit réorganiser sa manière de se comporter vis-à-vis de la nature et de se mettre en position de profiter des opportunités ouvertes par les progrès techniques. Il doit innover en matière de vivre ensemble.

La futurologie se pratique au niveau d’une problématique donnée :

Par exemple : que devient le métier d’avocat avec l’arrivée de la conciliation et des legaltech ?

Elle se pratique dans des contextes multidisciplinaires :

Par exemple : que penser de la décrue démographique des villes ?

Le futurologue accompagne les décideurs dans la construction de leur stratégie à long terme.

Ce qui compte dans le travail qu’il fournit, ce ne sont pas les conclusions auquel il aboutit, mais la construction intellectuelle qu’il propose et qu’il soumet au débat.

 

Base culturelle

Le futurologue travaille sur deux bases culturelles : l’actualité récente et le passé le plus lointain possible ainsi que les étapes intermédiaires qui lient le passé au présent.

Il travaille avec l'actualité, les artistes, les antropologues, les historiens ou encore les archéologues.